You are currently viewing L’élément humain, seule solution à la fracture numérique

L’élément humain, seule solution à la fracture numérique

L’illectronisme est le pendant de l’illettrisme dans le domaine du numérique : « l’incapacité, pour des raisons matérielles ou le manque de compétences, d’utiliser les ressources et moyens de communication électronique », note l’Insee.

Diverses études issues de l’INSEE ou d’organismes divers aboutissent au même constat : Près de 20% de la population Française est victime d’illectronisme… Et ce phénomène ne touche pas que les plus âgés d’entre nous… Ce n’est pas parce qu’ils vont se balader sur TIK TOK que nos jeunes sont épargnés par cette ignorance numérique… 

De notre point de vue, cette couche d’illectronisme qui mesure l’inculture numérique et/ou l’incapacité d’accès aux outils internet doit aussi être assortie :

  • D’une appréhension légitime face à l’outil informatique (manque d’éducation sur le sujet), 
  • D’une couche de crainte à commettre une erreur dont on va être la victime, 
  • D’une bonne dose de phobie administrative, qui existe déjà face à la paperasse et qui se décuple face à la rigueur d’une procédure administrative informatisée qui ne se conclura pas si une case n’est pas cochée (la coche qui tue !). 

Que faire ?

Bref, l’illectronisme 20%, d’accord, mais la fracture électronique est plus importante que cela du fait des points évoqués ci-dessus… Une discussion récente avec une comptable du Trésor Public me laissait entendre que dans les hauts cantons de l’Hérault, le taux de personnes incapables face au mouvement numérique était plus proche des 40% que des 20%… 

Alors que faire ?!  Les pouvoirs publics sont conscients de cet état de fait, mais leur réaction peut étonner : « La plateforme solidariténumérique.fr a été lancée pour aider les personnes en difficulté face aux outils numériques» … on répond à un problème numérique par une réponse numérique… l’ouverture d’un site sur lequel les personnes concernées (ou un faible pourcentage d’entre elles) ne se porteront pas du fait de leur illectronisme…

La solution « France service » est une bonne approche humaine mise en place par les pouvoirs publics, mais même si plus de 2000 points sont disponibles, on ne pourra pas atteindre tout le monde sans le relais privé : une nouvelle profession disponible, formée…

Le réseau Aadprox, une solution pour combler ce vide ?

Dans le réseau AADPROX, nous sommes convaincus que seul l’élément humain viendra réduire cette fracture : un nouveau métier d’assistante numérique de proximité est né et le réseau AADPROX veut être acteur sur le sujet.

Nos ambassadeurs(rices) formé( e)s pour aider le patron de TPE dans son environnement administratif et numérique, sont aussi là pour aider le particulier qui rencontrera des difficultés sur ce sujet… Leur tarif est raisonnable et leur multiplication sur le territoire au service des TPE et des particuliers permettra de contribuer à réduire la fracture numérique. Alors rejoignez le réseau AADPROX et investissez un nouveau métier !

Rédaction : Michel DEHORS, président du réseau Aadprox